Assistance Multimedia 6 3 Entrepreneur reconnu comme artisan

Dépannage informatique à domicile - Clermont-Ferrand et son agglomération

Services à la personne PagesJaunes Google My Business Page Twitter Page Facebook

La fibre optique

Généralités

Principe

La fibre optique consiste à utiliser non plus l’électricité pour transporter le signal mais la lumière (contrairement à la ligne téléphonique en cuivre, le support utilisé pour l’ADSL).

Description d’une fibre optique

Le support de communication est une fibre en verre ou plastique, un procédé qui permet d’acheminer de la lumière sur une grande distance, sans atténuation et très rapidement. Un dispositif convertit les signaux lumineux en signaux électriques, à chaque extrémité.

Ci-dessous, une fibre optique : c’est le petit trait translucide au centre ; autour, ce sont des gaines isolantes et protectrices :

Une fibre optique (c) www.eti-construction.fr

Eligibilité

En France, la fibre optique est “réservée” aux grandes agglomérations (car sa mise en place implique des coûts importants pour les opérateurs).

Les particuliers peuvent désormais y prétendre, sous réserve que leur quartier (et immeuble) soit desservi : des travaux préalables sont en effet nécessaires sur l’espace public, et des conventions doivent être signées avec les syndics d’immeubles.

Ce dossier se limite aux offres commerciales et techniques à destination des clients particuliers.


Opérateurs et réseaux

Opérateurs disponibles à Clermont-Ferrand

A Clermont-Ferrand et son agglomération, en 2020, plusieurs opérateurs commercialisent la fibre optique allant jusqu'au domicile de l’abonné : Orange en premier lieu, puis Free et Bouygues Telecom (sans toutefois disposer de son propre réseau, si on en croit certaines affirmations sur Internet). SFR, en mars 2020, ne raccorde pas d'abonné en fibre optique jusqu'au domicile (voir paragraphe suivant).

Numericable ou SFR (ainsi que Bouygues Telecom selon le quartier), s’ils utilisent le terme “fibre” dans leurs offres, n'installent pas la fibre jusqu'au domicile de l'abonné ; le discours commercial est donc trompeur, car la fibre n’arrive pas chez l’abonné, mais tout au plus dans le quartier ! Le chemin restant jusqu'au domicile est effectué par un câble coaxial en cuivre, qui n'a rien à voir avec la fibre jusqu'au domicile (installée par Orange ou Free).

Les offres de Numericable/SFR, aussi chères qu’obsolètes, sont également souvent moins performantes (tout dépend de l'état du réseau coaxial dans le quartier et chez l'abonné).

Il faut savoir que l’abonné particulier n’a pas une fibre optique dédiée de son opérateur jusqu'à chez lui ; les possibilités techniques de la fibre (notamment sa “vitesse”) sont en effet réparties (comprendre “divisées”) sur un groupe d’abonnés (quartier, immeuble). Ces abonnés se partagent ainsi la “vitesse” de la fibre. La rapidité mise en avant par l’opérateur (fibre 100 mega, 200 mega) n’est pas garantie. Il s’agit d’une valeur maximum atteinte dans des conditions idéales, mais pas systématiquement atteinte en pratique.

La fibre d'Orange : FTTH (Fiber To The Home)

Dans ce mode de raccordement, la fibre arrive jusqu'à la box de l’abonné. Pour les immeubles, des coupleurs sont installés dans les parties communes (pour “diviser” la fibre arrivant en autant de logements). Enfin, de récentes lois imposent au premier opérateur fibrant un quartier d’installer un point de mutualisation de zone (armoire de rue, étanche, et desservant plusieurs centaines de clients) :

Armoire de mutualisation fibre © www.castelnaufibre.fr et © lafibre.info

Les fibres allant de ce point jusqu'au logement sont mutualisées et accessibles aux autres opérateurs, lesquels font parvenir leur réseau jusqu'au point de mutualisation. Cette loi a permis d'accélérer le déploiement de la fibre et de réduire les travaux sous-jacents (sans cela, il y aurait plusieurs fibres pour différents opérateurs pour un même logement !).

Au point de mutualisation de zone, une fibre “d’arrivée” (venant du point de présence optique de l'opérateur) est "divisée" en 64 fibres sortantes vers l’immeuble. La connexion de l'abonnée est donc partagée et sa vitesse garantie, avec des offres commerciales de quelques centaines de Mbps (la fibre autorise une bande passante de 2,4 Gb/s ; partagée en 64 abonnés, cela donne une offre commerciale à 100 ou 200 Mbps, en tenant compte du fait que les internautes ne sollicitent pas tous leurs connexions en même temps).

Chez l'abonné, un équipement terminal (ONT), intercalé entre la box et l’arrivée de la fibre, crypte les communications (du fait du partage de la fibre, chaque abonné va recevoir du trafic qui ne lui est pas destiné, il faut donc isoler les communications entre elles).

Equipement terminal © lafibre.info


Annexes